Sortie scolaire au musée d'art contemporain 2/2

Publié le par La Prof

Et ce fut le début de la décadence…

ici la 1ère partie


Bien sûr nous avons du gérer avec mon collègue un petit début de bagarre, faire que les élèves ne touchent pas les œuvres et ne piquent rien dans les installations.

Mais surtout, le guide s’est retrouvé submerger de questions par certains élèves qui voulaient réellement comprendre en quoi s’était de l’art (alors que c’est « mal fait »… il s’agissait à un moment de Bad Painting), pourquoi l’artiste représentait ceci ou cela… Bref, des questions que finalement on ne pose pas dans les musées car il est normalement acquis que ce sont des œuvres d’art, que c’est au spectateur de comprendre le sens de l’œuvre et non à l’artiste de se justifier sur ses représentations !

Cela dit, j’ai trouvé l’approche de mes élèves pas inintéressante…

Si bien que la dernière demi-heure, mes élèves tout perdus qu’ils étaient face à ces œuvres, parallèlement aux explications du guide, s’en sont retourner dans « les jupes de leur mère » venant me voir par petits groupes tout penaud et me disant : « Madame, on est choqué ! Vraiment c’est choquant »

Quoi donc mon petit ? « qu’est ce qui te choque ?»

« et ben ouais, pourquoi il a fait com’ as’ »

Et me voici expliquant les probables intentions de l’artiste (sur lequel j’avais moi-même quelques réserves)

Puis mes petits jouèrent les outrager de voir sur une peinture le graffiti d’un phallus !

Ce malheureux signe graphique se retrouvait au centre des controverses chez ces messieurs, car j’ai interrogé les filles, aucune n’y avait prêté attention.

J’ai expliqué le symbolisme de ce graffiti dans le contexte de l’œuvre…

Mais malgré tout j’avais toujours le droit à la réplique « c’est choquant »

Si bien que j’ai clos le débat, les regardant d’un air amusé, en leur disant : « de toute façon vous n’allez pas me faire croire que vous ne voyez pas d’images pires sur Internet »

Là ils ont affiché des têtes de coupables et plus personne ne fut choqué :o)

En quittant le musée, rebelote, il a fallu crier après les irréductibles pour qu’ils n’escaladent toujours pas les sculptures, ni ne les ‘’taguent’’…

J’ai remercié le guide qui avait l’air d’être passé sous un rouleau compresseur… Qui a eu ces mots :

Guide : « vraiment… Ils sont durs »
La Prof : « euh… oui, je vous avais prévenu » (c’est vrai j’avais insisté lors des préparations que ce ne n’était pas un public facile, je ne les ai pas pris en traître – mais il me certifiait qu’il avait l’habitude)

Guide : « et puis ce sont des poulpes ! »

La Prof : … (silence)

« Ils ont du mal à rester concentré sur la durée »

Maintenant, comme à chaque fois que je suis en sortie avec une classe, je regrette, bien sûr, qu’ils ne se tiennent pas encore mieux, même si j’ai bien noté qu’ils ont fait de réels efforts…

Je sais bien que ma toute jeune carrière, je ne l’ai fait qu’en ZEP, donc je ne sais pas ce que c’est que de faire un cours avec des élèves qui ont moins de difficultés, je ne sais finalement pas vraiment à quoi ressemble un « élève dit normal » ou une « bonne classe », ça remonte à mon stage.

Mais je vais prendre leur défense, car oui, ils ont des réactions un peu vives parfois, mais c’est leur manière de faire, de s’imposer, ce n’est pas pour autant qu’ils sont tous contre un dialogue, bien au contraire, oui ils font preuve de maladresse, et oui ils sont gauche dans leurs manières de s’exprimer, ce qui fait que là encore ils peuvent avoir des réactions un peu excessives juste par incapacité de pouvoir formuler et évacuer leurs émotions autrement.*

Mais, ils sont capable de raisonner, soit il faut un peu plus mastiquer le travail, les accompagner dans les méandres de la réflexion, mais ils sont capable de comprendre !

Donc un peu marre qu’on ne reconnaisse que leurs défauts et jamais leurs qualités !
Désolée pour le coup de gueule…


Quoiqu’il en soit, l’expérience reste intéressante, j’ai beaucoup apprécié d’avoir pu contribuer à leur baptême du feu dans un musée.

Aucun élève n’est resté indifférent face aux œuvres, et sur le retour, j’ai eu l’agréable surprise de remarquer qu’ils avaient retenu beaucoup plus de choses que je ne le pensais ! Voire pour certain(e)s la quasi totalité de ce qui avait été dit ! Pas mal pour des poulpes !


A refaire ! (si un musée veut encore de nous…)

 


* même si je peux comprendre je ne dis pas qu'il ne faut pas cadrer voire sanctionner pour signifier les limites si ces "réactions" viennent à nuire au bon déroulement d'une activité.

Publié dans Brèves du collège

Commenter cet article