Acharnement ?

Publié le par La Prof

Willy a de quoi devenir parano.


Je l’ai retenu comme toujours durant la récrée, suite à une remarque inappropriée.
Nous discutions de son orientation, son projet étant assez bien défini, la conversation allait bon train.
Quand la sonnerie de fin de récrée retentit, souhaitant conclure, j’ai décidé de garder son carnet pour qu’il revienne en fin de journée.
Willy m’a assuré qu’il reviendrait même si je ne lui prenais pas son carnet, mais les liens étant encore ténus à ce moment là, j’ai préféré assurer mes arrières.
L’ayant retenu 2 minutes, je lui ai fait un mot pour justifier de son retard auprès du collègue suivant.


Je fais rentrer ma classe, les élèves s’assoient, je commence l’appel quand j’entends frapper à la porte.
Willy apparaît catastrophié.
Willy : « Je me suis fait virer ! »
Je me dis que c’est une mauvaise blague, qu’en fait il a oublié quelque chose dans la salle !
Non !
Il a bien un mot du professeur lui disant qu’il était en retard et qu’il est exclut, avec des exercices à faire !
Je suis médusée !
La Prof : « Mais tu ne lui as pas montré mon mot ? »
Willy : « Si mais elle en a rien à faire, elle n’accepte pas les retards ! »
La Prof : « Pour 2 minutes !!! »


Je suis très embarrassée.
Je propose à Willy de rester à mon cours plutôt que d’aller en permanence.
Il accepte, durant le cours, je tente en vain de l’aider à faire son exercice auquel je ne comprends goutte (j’suis pas au point pour la bivalence ;p).
Willy se décide donc à faire notre sujet et participe aux verbalisations.


Comme convenu, j’ai revu Willy en fin de journée.


Le lendemain
, je croise Willy dans mon couloir, il semble blasé et peu enclin à poursuivre ses efforts.
Il m’informe qu’il a eu un rapport pour son retard !
Je suis atterrée !
Je lui promets d’aller jeter un coup d’œil, avec la ferme intention de rappeler que je lui avais fait un mot pour excuser son retard !!!


Je lui demande le nom du professeur pour retrouver le rapport, il me le communique et me dit : « c’est facile, c’est l’avant dernier rapport dans mon dossier ! »
Il partait en cours, je n’ai pas pu connaître le motif de son dernier rapport.

Publié dans Prof en ZEP-

Commenter cet article

Boga 05/10/2007 20:49

Alors là, non ! Des histoires imaginaires, d’accord. Mais à condition qu’elles soient crédibles. Une prof qui ne tient aucun compte du mot que tu as donné à un élève pour justifier son retard. Ce qui revient à dire à l’élève : j’en ai rien à foutre faire de ton mot (sous-entendu : et de celle qui l’a écrit). Aucun(e) prof ne pourrait faire ça à un(e) collègue ! La salle des profs deviendrait un champ de bataille. Et chacun sait que la salle des profs est un lieu de calme et de sérénité. Zen. ;-))Cela dit, quelle maîtrise du suspense ! Un deuxième rapport ? Mais pourquoi ? pourquoi ?? Quelle tuile s’est-elle encore abattue sur Willy ?La suite, vite !

princessemoi 05/10/2007 19:28

mais c'est de l'acharnement?!!!pauvre willy, on en vient à avoir de la compassion (je ne voulais pas de mot condescendant mais je n'en trouve pas d'autre...)

BBK.mel 05/10/2007 18:14

Je comprends que Willy sature et fasse des bêtises. De toutes façons, même losqu'il semble vouloir faire les choses correctement, il est l'objet d'un acharnement. Visisblement, n'importe quel micro problème va faire l'objet d'un rapport. Dur à vivre pour lui et pour ceux qui essaie de l'aider. Je croyais que dans les établissements scolaires, nous étions là pour aider les jeunes ?

Le prof à la dérive 05/10/2007 13:32

J'aime beaucoup la notion d'avant dernier !

Devine 05/10/2007 10:48

L'attention et le temps que vous consacrez à cet élève ont quelque chose de vraiment touchant. Mais il ne faut pas perdre de vue qu'il empêche ses professeurs (vous comprise) et ses camarades de travailler. Que vos collègues mettent au point de véritables stratégies visant à l'exclure, ça n'a rien d'étonnant et, de mon point de vue, rien de choquant. La force absurde de l'institution scolaire met face à face des individus qui n'ont aucun projet commun, et dont les rapports ne peuvent être qu'hostiles. Dans ces conditions les professeurs, pour pouvoir enseigner, n'ont pas d'autre choix que de recourir à ce genre de stratagème. Bien sûr, Willy a des circonstances atténuantes, on peut "expliquer" son agitation et son insolence, on peut même les comprendre. Mais d'autres élèves, qui grandissent dans des conditions tout aussi difficiles, respectent leurs enseignants et veulent apprendre : au nom de quoi devrait-on permettre aux cancres de les en empêcher indéfiniment ?