La bivalence : 2 disciplines, 1 professeur

Publié le par La Prof

Avec l'agitation sur la politique on en viendrait à laisser passer des informations qui me semblent cruciales !

Alors ils en rêvaient... ils l'ont fait !
Voici la dernière page de la revue officielle de l'EN : Question Education du 04/2007.
En noir le texte initial, en violet mon interprétation.


2 disciplines, 1 professeur : tout savoir sur les mentions complémentaires

QU’ENTEND-ON PAR BIVALENCE ? L’IDÉE EST DE PERMETTRE AUX PROFESSEURS QUI LE SOUHAITENT D’ENSEIGNER AU COLLÈGE DEUX DISCIPLINES AU LIEU D’UNE. PAR EXEMPLE L’HISTOIRE ET LE FRANÇAIS, OU LES MATHÉMATIQUES ET LA PHYSIQUE. LA CONDITION ÉTANT D’OBTENIR UNE MENTION COMPLÉMENTAIRE PERMETTANT D’ENSEIGNER LA SECONDE MATIÈRE. SI CETTE DÉMARCHE VOLONTAIRE NE CONCERNAIT EN 2006 QUE LES FUTURS PROFESSEURS, ELLE S’EST ÉLARGIE AUX TITULAIRES, EN FÉVRIER DERNIER.

Et la prof d'arts plastiques elle peut se décupler elle aussi ?

je suis sûr qu' à moi on me proposerait la musique :-/ j'aurai préféré l'histoire :-(

Dès l'IUFM

Que doivent faire les futurs professeurs pour obtenir la mention complémentaire ?

Chaque candidat à un concours devra valider ses compétences dans la seconde discipline qu’il souhaite enseigner, lors de son inscription au CAPES, CAPEPS, CAPET ou CAPLP. Lors de la session 2006 des concours de recrutement des professeurs, cette formule, qui était expérimentée pour la première fois, a attiré 17 % des candidats, soit 7 258 personnes.

--> ce qui ne signifie pas qu'ils aient été reçus.

Des acquis professionnels validés

Comment valider ses compétences quand on est déjà en fonction ?

Pour obtenir leur mention complémentaire, les professeurs titulaires devront suivre en IUFM une formation adaptée et obtenir un certificat d’attestation. 

--> je serais curieuse de connaître le niveau requis pour bénéficier de l'attestation ... car une "formation adaptée", c'est à mon avis pas nous refaire passer une licence !
Pour ceux qui enseignaient déjà avant 2005, l’attribution d’une mention complémentaire devient également possible, par reconnaissance des acquis de leur expérience professionnelle (RAEP) dans la seconde discipline. Dès lors, nul besoin pour eux d’effectuer la formation en IUFM.

--> Je ne comprends pas, si on enseigne depuis plus de 3 ans en somme (sans formation), on passe automatiquement maître dans une autre discipline ? Même plus besoin de la petite formation ? Epatant non ?

Assurer la transition

Alors, qu'ont-ils trouvé comme excuse... car il en faut une pour les parents, pour ne pas avouer qu'on se moque d'eux, des études de leurs enfants et que tout ceci n'est pas à long terme faire plus de coupes dans le budget !

Que va apporter une telle mesure au système pédagogique ?

La bivalence va permettre de ménager, dans les petites classes des collèges, une transition entre le maître unique de l’école primaire et les onze enseignants différents que découvrent les élèves à l’entrée en sixième. Alors c'est ça l'argument principal !?! On fait tout ça pour pas traumatiser les p'tits 6ème ? C'est bizarre, mais je les trouve pas traumatisé nos 6ème ! Un peu perdu la 1ère semaine, mais ils s'y font vite :o)

Le travail entre les professeurs devrait alors s’en trouver facilité.

Ah c'est sûr se réunir à 3 au lieu de 11, ça devrait accélérer les concertations !

Ca n'apportera peut-être pas plus de solutions, mais, ça ce n'est pas grave et puis quand la relation prof / élève se passe mal, elle perdurera ainsi sur plusieurs matières... c'est tout bénef là encore pour l'élève !

Cette nouveauté (qui n'en est pas une en fait ça existait autrefois sous un autre nom et cela n'avait pas été très concluant... c'est pour ça que ça avait été supprimé) devrait par ailleurs rendre le remplacement des professeurs plus aisé (quel beau rappel de la loi Fillon sur les remplacements!) et permettre la constitution d’un réseau scolaire plus large sur le territoire. Faudrait développer ? Je ne vois pas en quoi ça élargit quoique ce soit ? Bien au contraire...

Incitatif oh oui, motivé, motivé !

Des primes sont-elles prévues ?

Une prime sera versée aux professeurs qui enseigneront au moins trois heures dans la seconde discipline. Elle s’élève à 1 200 euros annuels pour un enseignement de trois à six heures hebdomadaires et à 1 500 euros au-delà de six heures.

Donc par mois : plus de 12H de cours "autres" = 100€ en plus pour préparer des cours et corriger des travaux sur des disciplines que l'on ne maîtrise pas, c'est vraiment rentable !

Pour plus de 24H c'est 125€ / mois.

Il y a un mystère mathématique quelque part, j'en suis sûr ...

À noter que les titulaires d’une mention complémentaire pourront être prioritaires pour l’affectation dans l’académie de leur choix (combien de points ? et surtout combien de temps ? parce que là ça ne veut pas dire grand chose !) et bénéficier d’emplois du temps plus souples. (en même temps, les bivalents, ils n'ont pas fini de bosser pour rattraper leurs lacunes dans leurs nouvelles disciplines... l'emploi du temps ne devrait pas être plus souple mais carrément allégé !)

 

Bon c'est fantastique comme nouvelle ! Où est ce que je dois signer ?

Je ne sais pas vous mais je pense qu'on va remonter le niveau des petits français !

Pour approfondir :
Lettre Flash du 21 février 2007

Ce n'est pas une plaisanterie cela vient bien d'être inscrit dans le nouveau cadre législatif de l'Education Nationale ! Modification de 6 décrets et d'un arrêté, voir sur Légifrance.

Publié dans Actualité - Politique

Commenter cet article

fremen10 20/04/2007 09:46

Voilà ce que ça donne lorsqu'on a une vision comptable des services publiques. Les politiques feraient mieux de s'appliquer une réduction de salaire, supprimer leurs privilèges...aller réellement à toutes les réunions du parlement et autres et s'y tenir correctement au lieu de montrer une image déplorable de leur fonction.On s'est pas quoi faire alors on en remet une couche sur les profs. Je vais finir par croire qu'ils veulent tous qu'on prenne un congé pour venir faire de la politique.

La Prof 18/04/2007 14:13

Personnellement, la bivalence, je pense que c'est une excuse pour supprimer des postes et rendre optionnel des disciplines (comme l'arts plastiques pour n'en citer qu'une parmi toutes les dites "secondaires"). Je comprends bien qu'il peut sembler inutile d'avoir fait autant d'années d'études pour enseigner à des 6èmes mais il faut se rappeler qu'enseigner ce n'est pas réciter un manuel, il faut être à l'aise avec sa discipline, et la maitriser complètement. Grâce à cela on peut rebondir, reformuler voire improviser une explication en cas d'incompréhension d'un élève, en amenant un autre exercice ou en offrant une autre vue, ou une autre logique. Je ne vois pas en quoi les élèves se sentiront mieux encadrés par un prof qui risque de ne pas pouvoir répondre à une de leur question...

méli-mélo 18/04/2007 00:25

@ Tizel : 1. je suis prof de maths ; imagine 30 secondes que j'ai tojours été nulle en physique... me penses-tu capable d'enseigner cette matière ?2. si on considère qu'une année supplémentaire suffit à l'enseignement d'une matière, alors on dénie le fait qu'il ait fallu atteindre la licence, puis deux années supplémentaires pour obtenir le droit d'enseigner NOTRE matière...3. Crois-moi que pour enseigner une matière spécifique, même dans les petites classes du collège, il faut avoir mené les études assez loin pour savoir vraiment de quoi on parle...

Tizel 17/04/2007 20:02

Dans ton article, tu parles du collège... Cela ne me choque pas qu'un prof d'histoire enseigne également le français au collége... Je pense que ça peut être même bénéfique pour les élèves, qui sont mieux encadrés et font face à moins d'interlocuteurs.Par contre, quand on monte dans les niveaux (genre lycée), là, oui, il y a problème.Tizel

Le Professeur Carbure 16/04/2007 09:31

Tizel > Il faut que tu lises au travers des mots. L'intention n'est pas de diminuer le nombres de profs dans l'équipe éducative d'un élève, mais de diminuer le nombre de profs tout court.

Le principe est tout bête, on charge les classes au maximum, on met des profs bouche-trous, bon à tout et bons à rien et on va au moins coûtant de l'éducation à la deuxième vitesse.

Rassure toi, il y aura encore de bons lycées à Paris, Louis le Grand, Henry IV, Charlemagne... dans lesquels il y a peu de chances de trouver ce genre de dispositif. La carte scolaire y est bafouée pour laisser l'accès au progénitures de l'élite.

Je viens de recevoir la documentation de la nouvelle réforme de mes sections. Moins d'heures, des heures de TP/TD converties en heures de cours, moins de pratique (ça coûte). On va encore dire que les profs refusent d'évoluer. Ben oui, je refuse l'évolution qui tend à la régression dans les moyens.

Les désignations sont ronflantes, je vais maintenant enseigner en Sciences et Techniques de l'ingénieur (ex Sciences et Technologies Industrielles). D'ingénieurs, il n'en sortira qu'une infime minorité, mais on aura bien berné les parents. Foutaise !

J'utiliserai une image plus forte que celle de tidoigts. Pourquoi n'irais-tu pas chez le vétérinaire en cas de maladie? Il est un peu médecin lui aussi. Non ?

Nous, les profs, avons encore le culot de croire qu'on doit apporter le meilleur aux jeunes.

Ne vois pas de l'animosité dans mon propos, mais beaucoup de lassitude face au manque de lucidité des gens qui nous jugent. Et je ne parle pas des malhonnêtes qui nous critiquent tout en contournant le problème en mettant leurs gamins dans le privé.