Fête au ciné

Publié le par La Prof

Chaque année l’équipe pédagogique a de grandes idées à travers des projets pour intéresser et remotiver les élèves !

Parmi nombres de ceux-ci un projet assez sympathique et pas bien difficile (a priori) à mettre en œuvre est une sortie au cinéma avec toutes nos classes de 3ème sur le thème de la Résistance avec des résistants qui viennent nous apporter leurs témoignages à la fin de la projection.
Nous donnons rendez-vous à nos 140 élèves devant le cinéma à 8H45.
Ça évite de leurs courir après dans les transports en commun, et nous fait réaliser une économie de titres de transports non négligeable.
Nous sommes une quinzaine d’enseignants réquisitionnés pour encadrer les fauves qui arrivent petit à petit et qui s’entassent devant le cinéma.
Sauf que ça commence bien, le multiplexe ne nous a pas informé que la séance ne nous était pas spécialement réservée et nous découvrons que d’autres élèves de 3ème d’autres établissements arrivent.

Pas de chance, les grands esprits se rencontrent, il s’agit de l’autre ZEP sensible violente avec laquelle nous nous partageons les « quartiers sensibles ».
1er début de bagarre et d’émeute devant le ciné.

Sur cet entre-fait arrive d’autres 3ème cette fois d’un établissement dit « normal ».
Les pauvres gamins, ils ne comprennent pas bien où ils viennent de tomber. Ce sont d’ailleurs les seuls à être en rang !
(nous nous sommes contentés de faire des tas par classe, ce qui a déjà été une performance avec les nôtres qui veulent pas passer pour des « tapettes » puisque ceux de ZEP++ continuent à faire n’importe quoi.)

9H15
Le cinéma ne nous a toujours pas ouvert les portes. (aurait-il changé d’avis ?)

Sans doute pour éviter de gâcher un siège, deux autres classes de 3ème d’une autre ZEP de la même zone arrivent elle aussi.

9H30

Le cinéma nous accueille enfin, les élèves (imaginez environ 400 gamins) s’entassent précipitamment dans la salle.

Bousculades, insultes, débuts de bagarres… bref, c’est sportif.

Les 4 malheureux résistants ont l’air surpris et un peu déçus.


Quelques uns de nos élèves nous demandent à aller au toilette, un collègue les accompagne et revient ennuyé nous rapportant que l’un d’entre eux s’est vautré dans les escaliers, que certains ont l’air d’avoir bu (d’après l’odeur et leurs gestuels) deux autres font un bad trip .


Les responsables du cinéma font des gestes aux enseignants qui se sont répartis un peu partout dans la salle.
La bobine du film initialement prévue sur la Résistance n’est pas arrivée !
Ils nous proposent de remplacer le film par soit l’histoire d’un gosse adopté dans un bled des Etats-Unis dans les années 50, soit par un film qui traite du harcèlement au travail.
Le collège « normal » est pour le gosse adopté, l’autre ZEP et nous mêmes (ZEP + sensible) ne sommes pas convaincus que cela les intéressent, et si ça n’intéresse pas les élèves ils vont foutre un gros bordel. ZEP++ est pour le harcèlement car ils bossent là-dessus en ce moment au collège car ils ont eu plusieurs cas d’attouchements dans les toilettes et couloirs.
Va pour le film sur le harcèlement (je croise les doigts pour qu’il n’y ait pas de scène olé olé).


Nous nous installons tous dans nos sièges.
Notre zep+ veille à faire disparaître tous mp3, nourriture et boisson. Zep++ lâche l’affaire pour les mp3 de ses élèves car ils sont très tendus.
Les élèves de notre ZEP+ et ZEP++ se cherchent, s’envoient quelques trucs à la figure, donnent des coups de pieds dans les fauteuils, et pour éviter que cela ne grossisse au point que les élèves arrachent les sièges pour se les jeter dessus, nous en empoignons et virons quelques uns qui sont raccompagnés au collège (fort heureusement pas trop loin en voiture).

Alors que l’ambiance se calme, il ne s’agit plus que de bavardages en tout genre par les élèves des trois ZEP.
Une collègue du collège normal se lève et crie à travers la salle « VOUS ALLEZ VOUS CALMER ET VOUS TAIRE, sinon les différents professeurs vont reprendre leurs classes et repartir dans leurs établissements pour faire cours ! »


HEIN !!! ??? !!!


Nous affichons des têtes affolées, mais qu’est ce qu’elle vient de faire celle là.

Vite attrapez là et bâillonnez là !

Mais ça va pas de faire un truc pareil devant plus de 350 gosses de 3ème de ZEP !!!

Sans compter que vu l’état dans lequel les élèves sont je mets au défi le moindre de mes collègues de les faire sortir et de leurs faire cours !!!
Résultat prévisible l’énervement repart de plus belle « C’EST QUI CELLE LA » « EH TU TE PRENDS POUR QUI ! » « RENTRES CHEZ TOI ! » « TU T’CROIS OU ? » etc.
Un peu plus ils l’auraient canardé si on ne leur avait pas déjà confisqué toute nourriture.
Re-médiation avec les différents groupes d’élèves de la part des profs de ZEP.
De notre part à tous, MERCI !

La salle s’obscurcit les élèves hurlent (j’ai perdu une partie de mon audition je pense).

Le film commence, 10mn plus tard nous parvenons enfin à entendre les dialogues.

Les gamins bien que sceptiques se laissent prendre par le film.

Mais les élèves qui ont bu et qui nous donneraient la nausée rien qu’à l’odeur ne se sentent pas bien, nos collègues qui viennent de poser les élèves qui se battaient repartent faire une navette avec les « malades ».
5mn plus tard c’est un autre élève « alcoolisé » qui vomit…
je vous passe les détails mais nous avons failli nous joindre à cet exploit… l’odeur est pestilentielle et le film ne fait que commencer !
Ceux qui ont fumé sont soit euphoriques et pliés en quatre soit entrain de pleurer !


Super


Dire qu’ils ont réussit à se mettre minable avant même 9H00 du matin… chapeau ! (enfin 7 élèves)


Durant le film les élèves de ZEP++ décrochent et cassent les pieds.

Nos élèves de la section aussi… ils courent au fond de la salle et tapent les sièges… ce qui aura valu à certains collègues encore un peu de sport.

Globalement, les élèves (même les garçons) s’identifient au personnage féminin victime de harcèlement, alors qu’il s’agit d’une petite blonde.

J’en suis bien contente, car ça m’aurait saoulé s’ils avaient fait des remarques ethniques ou sexistes.

Vive la magie du cinéma.

Et arrive LA scène que je redoutais le plus… celle d’un viol…
Il s’avère que notre héroïne avant même d’avoir été victime de harcèlement sur son lieu de travail a été victime d’un viol durant ses années de lycée… et je vous le donne dans le mille… par un prof !
Dès le début de la scène, je m’écrase sur mon siège et me planque derrière mes mains en me disant c’est bon on va s’en prendre plein la gueule…

Quelques garçons de 3ème à côté et devant de moi me regardent… ils ne comprennent pas encore pourquoi ma tête affiche une déflagration…

La scène continue, cette fois, ils ont tous compris ce qu’il se passe.

Les gamines beuglent contre le personnage masculin.
J’attends la réaction des garçons.
Contre toute attente, probablement grâce au phénomène d’identification toujours, ils s’allient aux filles et toute la salle hurlent son dégoût via des insultes sur le « gros pervers ».
Aucune corrélation n’est faite avec nous, les profs.

Ouf

A la fin du film, les « espèces de malade » sont condamnés par un tribunal, les spectateurs du procès se lèvent pour applaudir le verdict… nos gamins font de même et poussent des cris de joies.

Les résistants n’auront pas fait leur speech.

Tout le monde quitte la salle, content, sans se battre… faut dire qu’il est midi et que c’était censé finir à 11H00 alors les gosses sont pressés de rentrer manger.

Nous repartons vers le collège satisfait. Le pire a été évité, et les gamins ont eu des réactions saines et positives durant la projection.

Enfin en partant nous avons croisé et entendu malgré nous des collègues du collège « normal » dire qu’on était (nous ZEP+) des laxistes, qu’on ne savait pas tenir nos élèves !

Alors si jamais il y en a un qui passe sur ce blog et qui reconnaît la séance dont je suis entrain de parler, les élèves qui ont été les plus pénibles n’étaient pas les nôtres (je sais ça semble incroyable) mais ceux de ZEP++, (dont les collègues, cela dit en passant, ont tout mon respect), votre intervention était suicidaire, enfin, vous n’avez pas idée de ce que c’est quand nos élèves (surtout une telle concentration dans un espace clos) se déchaînent ! La salle aurait été saccagée et nous aurions du faire intervenir la police ! ça n’a pas été le cas.

Accessoirement, vous pouvez demander votre mutation pour ma ZEP+ (ou pour le fun chez ZEP++) il y a pleins de postes à pourvoir chaque année :o) vous nous éclairerez de vos lumières ;-)

Publié dans Prof en ZEP+sensible

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

La Prof 29/03/2007 15:56

Bonjour,
j'avoue que je suis assez surprise par vos comentaires... vivant ce type de situation régulièrement, je ne me rend même plus compte de ce qu'il y a de vraiment grave :o)
Mis à part l'accrochage devant le ciné, je n'ai pas trouvé ça particulièrement râté comme sortie. Je m'explique, les élèves ne se sont pas braqués sur le film, ils n'ont rien saccagé et ils ont même eu des réactions (soit bruyantes) mais positives à la fin.
Donc je n'ai pas trouvé ça si désespérant :o)
ok, il y a eu des problèmes d'alcool et de drogue mais bon... ce n'était qu'une petite minorité d'élèves qui ont voulu faire leur expérience et leurs malins... ils ont été malade, ça leur servira de leçon ;-)

missteacher 28/03/2007 19:30

hallucinant ce post!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!Bon courage à vous!

Elma 27/03/2007 22:13

C’est terrifiant.
Je ne suis pas prof, mais j’ai dispensé dans le privé, de la formation pour public en difficulté. Dieu merci, je n’ai pas eu à gérer ce genre de situation.
Je ne sais pas comment vous faites.
On peut se demander ce que vont devenir ces gamins. Est-il possible qu’ils puissent s’insérer dans notre société ?
Ca craint grave !  
 

tidoigts 27/03/2007 10:13

ouh la la...je suis toute déprimée...je suis pas sûre que même à 3 on puisse pas détruire un cinéma, alors à 400! quand je pense que je fais la gueule parce que mes élèves  jouent au poker en classe, tu as toute ma compassion ...je me souviens que je ne les sortais plus  à la fin, il y en avait un qui pissait partout! mais vomir, boire et fumer le chichon à 9h du mat', c'est vraiment de l'esbrouffe! bon courage pour la suite de tes péripéties!!!!

le CPE 27/03/2007 06:30

 
 Facile les réactions de collègues à 'l'abri'.
 Toutefois, avant d'avoir réellement vécu les conditions de travail de la ZEP, je suis intimement convaincu que cela ne peut être qu'une construction intellectuelle.