Les Programmes de l'éducation

Publié le par La Prof

Présidentielles : Les différentes propositions pour l'éducation

Ajout de dernières minutes : Les propositions sont plus détaillées sur

Petit résumé proposé par  

François BAYROU :
  • Création d'un service civique obligatoire de six mois.
  • Création de parcours d'excellence, notamment dans les collèges.
  • Création d'un contrat de travail et de formation professionnelle pour les jeunes sans formation, avec une prise en charge de la part du salaire consacrée à la formation.
  • Augmentation du nombre d'éducateurs et de surveillants dans les écoles.
  • Refonte de la carte scolaire.
  • Doublement en dix ans de l'investissement par étudiant dans l'enseignement supérieur.
  • Augmentation de 5 % par an sur dix ans du budget de la recherche.
Olivier BESANCENOT :
  • Abrogation de la loi Fillon, de la loi sur la recherche (2003), du plan Allègre, des décrets de décentralisation et de la loi sur l'égalité des chances.
  • Scolarité obligatoire jusqu'à 18 ans.
  • Gratuité des études pour tous.
  • Augmentation considérable des moyens  matériels et humains de l'éducation nationale pour une réduction significative du nombre d'élèves par classe.
  • Développement d'une formation professionnelle publique indépendante du patronat.
  • Suppression des subventions publiques aux écoles privées, avant leur nationalisation (sans indemnisation ni rachat).
  • Transfert aux personnels, aux parents et aux élèves des pouvoirs de décision sur le fonctionnement de l'école.
  • Application stricte de la carte scolaire.
  • Création d'une allocation d'autonomie pour les jeunes.
Marie-Georges BUFFET :
  • Scolarité obligatoire jusqu'à 18 ans, suppression de l'apprentissage à 14 ans.
  • Revalorisation du budget de l'éducation nationale à hauteur de 7 % du PIB ; doublement du budget de la formation professionnelle.
  • Recrutement et formation de 150 000 enseignants et 45 000 personnels d'accompagnement sur cinq ans ; retour des personnels non enseignants au sein de l'éducation nationale.
  • Doublement du financement de la recherche ; exonération de la TVA pour les établissements publics de recherche.
  • Augmentation du budget de la jeunesse et des sports à 1% du PIB.
Nicolas DUPONT-AIGNAN :
  • Conditionnement des allocations familiales à l'assiduité des enfants en cours.
  • Recrutement de personnels non enseignants pour assurer la discipline et l'encadrement médico-social des élèves.
  • Augmentation du nombre d'heures de français de 10 à 16 heures en cycle élémentaire.
  • Création de classes d'excellence dans le secondaire.
  • Développer l'accès à l'enseignement technique et professionnel dès la quatrième.
  • Réforme des IUFM pour recentrer la formation des maîtres sur le contenu des enseignements.
  • Remplacement, pour les primo-arrivants, des enseignements des langues et cultures d'origine par des cours de soutien de français.
  • Multiplication par deux en cinq ans du financement de la recherche.
Jean-Marie LE PEN :
  • Suppression progressive de la carte scolaire et du collège unique.
  • Mise en place du « chèque scolaire », correspondant au coût moyen d'un élève, distribué aux parents qui peuvent ainsi financer l'école de leur choix pour leurs enfants.
  • Réforme de la loi Falloux.
  • Suppression des IUFM, remplacés par des centres pédagogiques régionaux.
  • Obligation d'obtenir le brevet des collèges pour passer en seconde.
  • Suspension des allocations familiales pour les parents d'enfants perturbateurs.
  • Multiplication par quatre du nombre d'inspecteurs de l'éducation nationale ; suppression de 20 000 personnels administratifs et techniques.
  • Proposer le passage du code de la route dans le programme scolaire au lycée.
  • Interdiction des manifestations politiques d'étudiants ou d'enseignants pendant les heures de cours.
  • Suppression des passerelles ZEP pour l'accès aux grandes écoles, au profit d'un soutien scolaire aux meilleurs élèves.
  • Revalorisation du salaire des apprentis par une baisse des charges patronales.
Ségolène ROYAL :
  • Mise en place d'un soutien scolaire gratuit pour tous les élèves.
  • Augmentation de 10 % par an du budget de la recherche.
  • Droit à la formation et à la reconversion inversement proportionnel à la durée des études.
  • Organisation d'états généraux participatifs de l'éducation.
  • Scolarisation obligatoire à 3 ans.
  • Dans les ZEP, pas plus de 17 élèves par classe en CP et CE1 ; financement supérieur de 25 % à celui des autres écoles.
  • Révision de la carte scolaire pour démanteler les « ghettos scolaires ».
  • Généralisation des écoles de parents, création d' « emplois-parents ».
  • Augmentation du budget des universités pour le porter en cinq ans au niveau de celui existant en moyenne dans les pays de l'OCDE.
  • Création d'un service public de l'orientation.
  • Création d'une allocation d'autonomie pour les jeunes, sous condition de ressources.
  • Recrutement massif de surveillants, d'infirmières scolaires et d'assistantes sociales.
  • Instauration d'un service civique volontaire pour les jeunes.
Nicolas SARKOZY :
  • Scolarisation de tous les enfants handicapés d'ici cinq ans.
  • Création d'une filière d'excellence de formation des enseignants en cinq ans.
  • Suppression progressive de la carte scolaire, simplification de l'inscription dans le privé.
  • Division par deux des effectifs des établissements les plus dégradés.
  • Création de filières d'excellence dans tous les lycées (les 5 % des meilleurs élèves rejoindront les classes préparatoires aux grandes écoles).
  • Augmentation des bourses ; les revenus des étudiants qui travaillent seront défiscalisés et ne seront pas pris en compte dans le calcul de leurs ressources pour l'attribution de bourses et de logements.
  • Prêts à taux zéro pour les étudiants contre l'engagement de suivre un programme d'accès à l'emploi.
  • Renforcement de l'éducation civique.
  • Augmentation du budget de l'enseignement supérieur de 50 %.
  • Doublement des places en IUT et en licences professionnelles.
  • Augmentation du budget de la recherche de 40 % d'ici à 2012.
  • Création d'un service civique de six mois, qui pourrait être rendu obligatoire après expérimentation.
Dominique VOYNET :
  • Création d'une allocation autonomie pour les 18-25 ans.
  • Restauration des locaux et augmentation du financement des universités.
  • Lancement de contrats d'éducation innovants pour 200 établissements en 2008 : mise en valeur du débat, de la créativité et de la culture.
Ajout de dernières minutes : Les propositions sont plus détaillées sur

Attention restons critique, ce sont des propositions, des "promesses électorales"... rien ne dit qu'elles seraient appliquées ni comment.

Publié dans Actualité - Politique

Commenter cet article

LG 04/03/2007 15:23

Il ne sert à rien de se lamenter (Roolala, notre DGH a encore baissé...) Essayez de comprendre les objectifs d'une telle politique: il s'agit tout simplement de casser avant de privatiser... En effet, afin d'obtenir facilement le consentement de l'opinion publique pour la privatisation des services publics, la stratégie la plus souvent utilisée consiste à organiser préalablement le sabotage des services publics, afin que leur inefficience puisse servir de prétexte à leur privatisation. Cette stratégie concerne bien évidemment le secteur de l'éducation (comme celui de la santé).
 

Voici ce que l'on peut lire à propos de l'éducation publique dans un document de l'OCDE: "Si l'on diminue les dépenses de fonctionnement, il faut veiller à ne pas diminuer la quantité de service, quitte à ce que la qualité baisse. On peut réduire, par exemple, les crédits de fonctionnement aux écoles et aux universités, mais il serait dangereux de restreindre le nombre d'élèves ou d'étudiants. Les familles réagiront violemment à un refus d'inscription de leurs enfants, mais non à une baisse graduelle de la qualité de l'enseignement.Cela se fait au coup par coup, dans une école et non dans un établissement voisin, de telle sorte qu'on évite un mécontentement général de la population."
 

Cahier de politique économique" n°13 de l'OCDE  (page 30, mais l'ensemble vaut d'être lu attentivement)
 

La Prof 04/03/2007 13:48

Je suis bien d’accord avec toi LG, il faut lire entre les lignes des programmes !
Je ne donnerais qu’un exemple :« pour le renforcement de l’éducation artistique et culturelle »ce qui pourrait par exemple me séduire en tant que prof d’arts pla m’inquiète au contraire !Naïvement je pourrais me dire super, l’enseignement artistique va passer de 1H à 2H en collège admettons, ou encore on va me faire travailler en groupe comme pour les disciplines manuelles (ex : techno) mais non.Au contraire c’est nous rendre optionnel avec des cours non plus assurés par des profs maîtrisant savoir ET pédagogie mais en recrutant des « artistes en résidence » tellement moins coûteux…
Deux exemples :Ségolène Royal : « Inscrire l’éducation artistique et la pratique artistique à tous les niveaux de la maternelle à l’université. A cette fin, sera mis en oeuvre un plan national, avec les Régions, d’aménagement d’équipements culturels dans les universités et les lycées (salles de répétition et de spectacles, ateliers-studios, tables de montage, etc.). Les intermittents du spectacle et les élèves des écoles supérieures spécialisées pourront participer à ce mouvement en résidence d’artistes. »Avec ses « animateurs culturelles »J’en ai déjà fait un article :http://profenzep.over-blog.com/article-5074861.html
ou encore Nicolas Sarkozy« Faire intervenir des artistes dans les classes pour renforcer l'éducation culturelle et artistique. »« Expérimenter, avec des communes et des enseignants volontaire, un répartition des compétences entre, d'un côté, l'Education nationale chargée de "l'école du savoir", de l'autre côté, la commune chargée de "l'école de la vie" (citoyenneté, culture, sport, découverte des métiers...) »Je rappelle que Fillon déjà voulait nous rendre optionnel et mettre en concurrence les « disciplines artistiques » dès le collège ! Disciplines assurées non plus par des profs mais des éducateurs "culturelles", avec un volume horaire encore réduit via des stages artistiques pour les élèves volontaires…
Si prof est un métier en sursis, prof d’arts plastiques, par exemple, c’est un métier en voie d’extinction !

LG 04/03/2007 09:09

Plus sérieusement, je ne pense pas qu'on puisse aborder cette élection dans une optique aussi catégorielle. Même si l'info en soi est intéressante, si le débat consiste à savoir ce que propose Untel ou Unetelle aux profs, aux bouchers charcutiers, aux bûcherons, aux inséminateurs artificiels, aux internautes, aux djeuns à casquette rabattue sur l'oreille droite, à ceux qui la portent rabattue sur la nuque, aux patrons d'entreprises de moins de 3,7 salariés, etc etc, cela porte un nom: la démagogie. Un des candidats s'en est d'ailleurs fait une spécialité, ses "groupes d'études" (prononcez Propagandastaffel)  découpent l'électorat en tranches et chaque tranche a droit à sa promesse et à sa mesure "quand vous aurez voté pour moi".  
 

LG 04/03/2007 08:40

T'as tout compris, ce sont des promesses et "elles n'engagent que ceux qui y croient" , dixit Charles Pasqua, grand spécialiste devant l'Eternel.
PS : là, ça rigole plus sur ton blog, Marcel!