La gifle

Publié le par La Prof

Enseigner dans une ZEP difficile... laxiste

Une chose est quand même fantastique en ZEP
c'est l'art de minimiser tous les faits !

Rien n'est jamais grave, rien n'est jamais de la faute de l'élève, c'est toujours du à la misère, à son environnement... voire de la notre!
Nous ne sommes mêmes pas reconnus EP1 et nous n'apparaissons pas sur la liste des établissements difficiles du Point qui a fait tant parler d'elle en début d'année... et pourtant nous dépassons haut la main le 1er en nombre de faits graves!

RIEN n'est signalé!

Parfois, des choses filtres... nous avons eu des articles dans la presse régionale, nous avons même été cités au 20H l'année dernière. Pour des raisons d'anonymat, je ne peux préciser les faits... généralement on a même une avance de 3 mois sur ce qui apparait parfois à la télé (et nous avons tout ce dont les gens qui ne travaillent pas en ZEP ignorent)!

Le rectorat nous met la pression et se plaint lorsque nous dépassons légèrement les 20 conseils de discipline avec exclusion définitive par an... alors qu'il en aurait fallu au moins une cinquantaine uniquement pour des faits gravissimes (violence physique envers enseignant, problèmes sexuels, mise en danger d'autrui, etc.)

En stage j'ai été dans un établissement ou quand il y avait un problème, il y avait une sanction...
Ici, il ne se passe rien... et qui dit pas de sanction... dit pas de limite pour l'élève... du coup comme chaque année le mois de décembre a commencé à avoir son lot de grosse violence quotidienne, et le mois de janvier explose... je ne vous conte pas tout sur ce blog...

Résultat, aujourd'hui une collègue s'est pris une gifle par un élève de 6ème!
Ca vous semble choquant?
Le plus triste, c'est que dans mon établissement, ce n'est somme toute pas très violent...
Bien sûr en salle des profs, ça s'agite, tout le monde s'énerve... On commence à dire qu'il faudrait débrayer l'après-midi et ne pas aller en cours!
Le professeur est chez le Principal, entrain d'expliquer ce qui s'est passé...

Et puis la reprise des cours sonnent, et tout le monde repart faire cours, nous étions quelques collègues motivés pourtant à marquer le coup et à dire stop... mais la plupart se dégonflant... Une heure syndicale a été proposée pour la semaine prochaine, pour décider d'une action!

Pendant ce temps là notre collègue giflée était entrain de se faire remettre en cause par le Principal... qui minimisait les faits pour qu'elle n'aille pas porter  plainte et  sous-entendait que c'était elle qui avait provoqué la situation... "que l'élève se serait senti en danger"

C'est le monde à l'envers!!!!!!

Résultat du conseil de discipline.

Publié dans Prof en ZEP+sensible

Commenter cet article

La Prof 08/03/2007 19:30

Cher Professeur Carbure, mon "devoir de réserve" m'empêche de communiquer sur le contenu de ton com' ;-)même si tu soulèves des points intéressantscela dit, pour "le Lion's ou le Rotary." là, faut pas exagérer, je ne pense pas que mon Principal ait de telles ressources... c'est un fonctionnaire lui aussi ;-)

Le Professeur Carbure 07/03/2007 20:40

Pas de vagues, surtout pas de vagues. Le rôle du Principal est de prévoir les petits fours et le vin lors de la cérémonie de remise de ses palmes ou de sa légion d'honneur, ou bien d'assurer ses contacts avec le Lion's ou le Rotary. On ne peut pas tout gérer à la fois...

Un prof qui se fait agresser est forcément un prof à problèmes, ça coule sous le sens...

Pour ceux qui ont cru embrasser la profession de pédagogue il serait temps de réaliser qu'ils sont en fait des éducateurs spécialisés.

La craie ZI 08/02/2007 12:39

Oui, oui, je confirme :ce principal à un dont d\\\'ubiquité étonnant, puisqu\\\'on peut le croiser (lorsque les élèves n\\\'y sont pas) dans les couloirs du collège de mon RAR, pas si rare.... Et bien-sûr, ce collège ne figurais pas sur la liste des collèges "difficiles" publiée par le point. C\\\'est bien connu, pour se soigner il n\\\'y a qu\\\'un bon remède, on ne va pas chez le médecin. Je ne suis "que" directrice d\\\'une école maternelle dans ce RAR, mais j\\\'ai pas de bol, celle-ci se trouve sur le chemin emprunté par les ados pour se rendre au collège... Normalement, ils y descendent en bus, mais comme les chauffeurs se font régulièrement agresser, ils sont tout aussi régulièrement (normal) en grève... et les ados qui passent devant l\\\'école, n\\\'oublient jamais de tout saccager, voler... Bref, si ça peut vous consoler, comme je ne dois rien à ce cher monsieur le principal, il y a 2 mois, je lui ai carrément dit qu\\\'il ne faisait pas son boulot, qu\\\'il avait agi comme une poule mouillée en m\\\'envoyant une heure avant, moi petite directrice, au front, c\\\'est à dire récupérer manu militari le matériel que SES collégiens m\\\'avaient volé et stocké dans le collège...  Non mais hooooooooo!!!!!Il m\\\'a demandé si je voulais lui apprendre son métier. Je lui ai répondu que je ne m\\\'occupais pas des cas desespérés en matière d\\\'apprentissage, car mon temps était tout cassacré à mes élèves déjà bien difficiles. ça m\\\'a soulagée de pouvoir lui dire tout ça, ma collègue était près de moi (c\\\'était par téléphone),  on aurait presque ouvert une bonne bouteille après ça! :-))Et tout ça se passait en plein après-midi, alors que j\\\'avais mes 25 élèves en classe... On nage en plein délire....Bref....C\\\'est partout la même M..., et je commence à être lasse..................

La Prof 01/02/2007 10:54

A "un autre prof",
je suis désolée que nous partagions le même phénomène :-)
au dire de certains collègues, je pense même qu'il fait d'autres établissements ;)

La Prof 01/02/2007 10:51

Soyons clair, je n'accuse pas mon principal de rester dans son bureau. Effectivement, il n'y avait pas d'intérêt à ce moment là qu'il soit en salle des profs...
Par contre, ce n'est pas le premier fait du genre dans mon établissement (jets d'objets contendants qui ont touché certains de mes collègues, entre autre, les blessants), et je ne comprends pas pourquoi lorsqu'un élève frappe un prof, non seulement on accuse le prof, en lui disant qu'il l'a cherché, que l'on lui demande de se justifier...
Et je ne comprends pas non plus que l'élève ne soit pas exclu de manière préventive en attendant un hypothétique conseil de discipline.
Il me semble que ce sont des faits graves, je n'aime pas l'idée d'aller au collège et de ne pas savoir si avant de rentrer chez moi je devrais passer à l'hosto me faire recoudre... cela, sans le soutien de ma direction.