Amour haine, chouchous et têtes à claques

Publié le par La Prof

Dossier : Amour-haine, chouchous et têtes à claques

«  Leur existence est un des grands tabous de l'éducation. Pourtant, chouchous et têtes à claques peuplent les classes. »

Le Monde de l’éducation, Prof-élève. Faut-il s'aimer pour réussir ?, décembre 2006.

 

Ai-je des chouchous et des têtes à claques ?

Je sais que j’essaye d’être disponible pour chaque élève, d’accorder le même temps, d’apporter la même attention en cours à chacun… Bref, d’être juste !


Maaaaaaaaaiiiiiiiis…………

………………….... oui, j’avoue j’ai des chouchous. (chut, faut pas le dire!)


Par contre, j’essaye de ne pas avoir de têtes à claques, quand j’ai un gros (gros) conflit avec un élève, je laisse passer un ou deux cours (qu’il se calme et moi aussi par la même occasion) puis si la situation reste bloquée d’un côté ou de l’autre, je prends le temps de discuter avec lui (ou elle) durant ½ heure, pour poser le problème à plat, car un élève braqué (ou l’inverse) en cours, c’est pas une situation très agréable pour enseigner. Je préfère avoir des élèves souriants et contents d’être là que me faire fusilier du regard pendant 1H à entendre des soupirs (quand ce ne sont pas des critiques du cours et des insultes). De même je n’ai pas non plus envie de faire un cours en canalisant une partie de mon attention sur un élève que « je ne sens pas » à surveiller ses faits et gestes en attendant qu’il fasse une connerie.

Ça c’est pour les "têtes à claques".[1]


Demain je vous dis tout sur mes chouchous :)



[1] J’ai eu une autre catégorie d’élèves l’année dernière (des 3ème, c’était dur pour toute l’équipe pédagogique !)… c’est les élèves dont on a peur ! Si si, faire un cours en ayant l’impression d’être un otage, porte ouverte avec une personne de l’administration ou de la direction qui circule volontairement dans le couloir tous les ¼ d’heure pour vérifier que l’on nous entende encore. C’est super sympa comme impression ! 4 élèves virés de différents bahut, dans la même classe, des fous furieux, qui n’étaient en cours que pour une chose : se taper un prof (au sens littéral du terme). On était tous pour que ces 4 élèves soient virés le plus vite possible, mais notre Principal voulait sa mutation, donc pas de conseils de discipline, on a du les subir jusqu’en mars, qu’il ait les résultats de sa mut ! En attendant, je n’ai jamais crié contre ces élèves pour ne pas créer de tensions, et j’essayais au maximum – sans qu’ils ne s’en rendent compte – de toujours me tenir à une distance de 1m… J’ai malgré tout été bousculée, ils ont plusieurs fois essayer de m’intimider, une de mes collègues a évité plusieurs fois de justesse un coup de poing… une autre s’est fait attendre sur le parking ! etc. Vraiment c’était pas la joie.

Publié dans Prof en ZEP+sensible

Commenter cet article