La carte scolaire

Publié le par La Prof

La carte scolaire
Position sur laquelle Mme Royal et M. Sarkozy s'accordent.

cartescolaire.gif

Mme Royal :

« Ma proposition, qui est d’ailleurs conforme au projet du Parti Socialiste (on y rappelle que la carte scolaire doit permettre la mixité sociale), c’est de permettre le libre choix entre deux ou trois écoles, collèges, lycées, c'est-à-dire d’élargir la sectorisation. (…) Cela donnera à la République l’obligation d’investir massivement dans les écoles [les moins attractives], (…) d’y mettre de bons enseignants chevronnés, d’y mettre des moyens, de réduire le nombre d’élèves par classe, d’y mettre des activités d’excellence. »
Les 4 vérités sur France 2, 7 septembre 2006

Je ne reviendrais même pas sur l’absurdité de supprimer la carte scolaire !

Mais ça pourrait être drôle :

Petite projection de la rentrée 2007 :

Je suis en ZEP, dans une zone sensible, et malgré tous nos efforts, notre CPE et nos 4 surveillants pour plus de 580 élèves il y a toujours de la violence ! (je me demande pourquoi ?!)

 

Il va de soit que la plupart des parents auraient souhaité mettre leurs enfants ailleurs que chez nous, c’est souvent les premières remarques qu’ils nous disent, un exemple récent :

« Vous savez on voulait le mettre au collège A+ en lui faisant prendre l’option russe en 6ème mais il n’y avait plus de place ».

 

Plus de carte scolaire… plus de problème !

Madame pourra envoyer son fils à A+ sans même courir après l’option russe, elle sera suivi probablement par plus de 75% des autres parents, car il faut le savoir, même le parent d’un chieur ou d’un casse-pied estime que le problème n’est pas son enfant, mais l’enseignant ou l’établissement [1] !

Et puis il faut voir aussi le nombre de parents qui nous retirent en cours d’année leurs enfants pour les placer dans le privé !

 Donc en 2007, j’aurai au bas mot perdu 400 élèves, les 180 restants seraient composés de 80 qui ne sont pas complètement au collège mais dans la « section spéciale d’adaptation [2]» et qui resteront car il n’y a pas d’autres « section spéciale d’adaptation » dans les environs.

Les 100 autres seront :

- des ENAF (Elève Nouvellement Arrivé en France) ils sont marrant, j’en ai en moyenne un par classe alors que notre collège n’a pas de section Français Langue Etrangère… Etant donné qu’il ne parle pas Français c’est toujours un moment d’imagination intense pour leur faire comprendre le sujet (mime, schéma, dessin, etc.)
On va arrondir à 25, ¼ de l’effectif de la classe ne comprendra goutte au cours !

- Les ¾ restant seront des élèves à l’abandon, dont les parents ne seront pas au courant de cette dernière mesure et qui ne s’occupent pas suffisament de leurs enfants, soit qu’ils sont dépassés par leurs situations personnelles (famille monoparentale avec 5 enfants ou +) ou professionnelles (enchaînant petits boulots sur petits boulots une partie de la journée et de la nuit) ; soit qu’ils sont dépassés tout court par le monde qui les entoure (limités, drogués, alcooliques…)

Du coup il n’y aura plus que 4 classes au lieu de 27 dans le collège… Bonjour la mixité sociale !Cette fois c’est sûr les surveillants devraient endiguer la violence…. Ah bah non, car en fait vont nous rester sur les bras une partie des plus violents puisqu’ils ont du mal à communiquer autrement !

Mais nous ne sommes pas à plaindre, car repensons à A+ qui va devoir accueillir nos 400 élèves manquant (qui loin s’en faut ne sont pas des anges non plus), mais aussi, fort est à parier les 400 élèves de la ZEP d’à côté !

Comment va-t-il faire ? Pousser les murs de son établissement ?

Non, vraiment, c’est aberrant !

Mais le plus scandaleux dans les propos de Mme Royal, ce n’est pas tellement leurs bêtises, ni même le côté commercial et clientéliste…

Le plus abject c’est de considérer un établissement « pourri » non pas par ses élèves ou sa population, mais par sa position géographique et en remettant en cause la qualité des enseignants !

Je serais d’avis de faire l’expérience inverse… Que nous mettions d’office tous nos élèves dans le Collège A+ et qu’en échange nous récupérions leurs élèves ! Je suis sûr que nous n’aurions plus de problèmes de violence tout en gardant le même emplacement géographique et la même équipe pédagogique !

Enfin, pour conclure avec ces questions de violence dans les établissements, il faut se souvenir que c’est Mme Royal elle-même qui a rendu plus difficile l’exclusion de cours d’un élève, depuis son passage au ministère, un casse-pied qui pourrit le cours de 24 autres élèves ne peut être renvoyer à moins qu’il ne soit dangereux !
Au même titre, les gros problèmes de comportements ne sont plus notifiés dans les dossiers, ou sur les bulletins des élèves, lorsqu’ils changent d’établissement.

Merci Madame !



[1] J’ai d’ailleurs été convoquée par une mère l’année dernière : Sa fille m’avait insulté en cours puis avait quitté la salle sans autorisation. J’ai bien entendu fait les signalements nécessaires sur un rapport d’incident. La semaine suivante, la gamine me brandissait fièrement son carnet de liaison avec un mot de la mère me demandant un rendez-vous, motif : « votre comportement » !!!

[2] Comprendra qui pourra, je suis dans un établissement ZEP avec une section autrefois bien nommée CES !

Publié dans Actualité - Politique

Commenter cet article