Entretien 2 avec le CPE

Publié le par La Prof

Je me décide à m’enquérir des réactions de chacun, j’essaye de faire de la pensée positive auprès des collègues, de revaloriser mon Willy…

Bref, je pars à la chasse aux votants présent le jour du conseil pour influer sur leur vote.
Tout du moins prendre un peu le pouls de l’affaire.


L’histoire se complique.

Hormis de rares exceptions, Willy a réussi la performance en 4 années de collège à se mettre à dos quasiment toute la salle des profs !
(on peut applaudir l’effort !)

Le comble, étant que la moitié au moins ont de bonnes raisons de vouloir s’en débarrasser.

(qu’ils finiraient presque par me convaincre !)


Selon le CPE par exemple, il est un danger pour les enseignants mais aussi pour ses camarades. En plus, il aurait eu bousculé des filles l’an dernier (sauf que tout le monde exagérant… je ne sais plus bien qui ou quoi croire !) Je l’ai vu une fois dans un couloir se battre avec une fille, je lui ai dit d’arrêter, il s’est exécuté, c’était clairement un jeu, du haut de ses 1m80 il aurait pu sans difficulté la mettre par terre, il n’en avait rien fait ! et répondait aux coups de sa camarade sans réel violence.

D’ailleurs les deux rigolaient.

Lors de ma rencontre n°2 avec le CPE, j’apprends que Willy a déjà eu un conseil de discipline auquel il a réchappé l’an dernier !

Suite à l’agression / bousculade d’un prof, Willy a été convoqué !
Mais son conseil n’a jamais eu lieu car sa maman n’a jamais réceptionné l’avis de passage du recommandé, elle n’a pas non plus ouvert sa porte à aucune des visites des AS pour l’avertir. Elle n’a bien sûr jamais répondu à aucun appel, et n’est pas venu aux RDV fixés par Le Principal !
L’administration a donc saisi le rectorat… leur demandant comment faire ?
Impossible de faire un conseil de discipline sans avoir la confirmation que les diverses parties aient été averties !


Le rectorat a ainsi tranché : au prochain écart (quelque chose d’un peu sérieux toutefois) Willy serait immédiatement traduit en conseil.
Il était aussi prévu de passer un contrat éducatif en début d’année avec Willy.
Mais voilà, si l’idée parait bonne et équitable, il s’avère qu’il semblerait que Willy n’est jamais eu connaissance de cet arrangement ?

C’est à dire qu’il était en quelque sorte déjà en sursis !
Ironie du sort, son coup d’éclat ayant eu lieu peu de temps après la rentrée, aucun contrat l’informant et lui rappelant les règles du jeu n’avait été mis en place !


Je comprends bien que pour mes collègues, l’exclusion définitive semble la seule issue, au risque de ne plus réussir à nouveau à « contacter » la mère, qu’ils ont l’impression qu’il a évité la sanction par un subterfuge déloyale !

Si dès l’année dernière Willy était passé en conseil il aurait peut-être vraiment eu une limite clairement fixée et peut-être aurait-il eu un sursit.

Mais maintenant… les intentions de vote semblent unanimes…

Publié dans Prof en ZEP-

Commenter cet article

Yaya 12/10/2007 19:26

C'est quand on connait la réaction des parents, que l'on comprend parfois mieux les gamins... l'a pas l'air aidé à la maison le Willy... personne n'a jamais réussi à la contacter, cette Dame? Même le Principal en direct? L'an dernier, on avait un parent comme ça dans mon bahut, qui ne répondait aux coups de fil, alors elle a envoyé un télégramme téléphoné, si, si... et ça a marché... Bon courage pour la suite...

Boga 10/10/2007 20:16

Et si la mère de Willy se débrouillait à nouveau pour ne pas être informée officiellement, que se passerait-il ? Le CD aurait lieu quand même ? Ce serait illégal, et donc sans valeur, non ?De toute façon, je continue à penser que maintenir Willy au collège dans les conditions que tu décris n’est pas la meilleure solution, ni pour lui, puisque tout le monde ou presque guette son moindre faux pas, ni pour les profs qui ne le supportent plus. Alors que faire ?Excellente question...Si seulement j’avais la réponse !

Le CPE 10/10/2007 17:33

 Pour les conseils de discipline, le premier peut être repoussé, le 'deuxième' peut être mis en place quoi qu'il arrive puisqu'il est le premier repoussé ^^. De plus, sii le recommandé a été envoyé une deuxième fois, même s'il n'a pas été réceptionné et pour peu que le gamin en ai été informé, le conseil de discipline peut avoir lieu. Pour autant, à partir du moment où le contrat n'a pas été mis en place l'administration est en tort. De plus, il ne peut passer en conseil de discipline pour une accumulation de conneries commises l'année dernière (légalement tout est effacé à la rentrée, n'importe quel avocaillon le sait), à moins que cela n'ait été stipulé (et bien que ce soit extrèmement limite) dans le contrat signé en début d'année. En gros, l'administration n'a pas fait son boulot pour satisfaire la demande des adultes concernant ce gamin, au chef d'assumer ses lacunes. Alea jacta est ;) ?