Parmi les autres évènements notables de la semaine

Publié le par La Prof

Insolence, violence, menace envers profs et surveillants… d’ailleurs ces derniers nous ont informé qu’ils ne renouvelaient pas leurs contrats l’année prochaine. Ils partent tous sans exception, que des nouveaux surveillants à la rentrée !
Faut dire avec tout ce qu’ils ont ramassé cette année et vu le soutien qu’on leur a accordé, ça se comprend :-/

Deux collègues ont reçu une bombe devant le collège.
Oui, une bombe !
Une bouteille de soda d’1,5 litre contenant de l’acide et un autre produit (que je ne nommerais pas car je ne vais pas non plus vous apprendre à faire des bombes artisanales sur ce blog). Deux produits qui lorsqu’ils sont secoués et donc lancés, explosent !
Notons que j'ai réussi depuis à trouver plein de vidéos explicatives sur internet !
Heureusement la bombe a atterrit au sol vers leurs pieds et non au visage sans quoi ils auraient fini défiguré !
Ils ont contacté immédiatement le Principal par portable qui n’a pas répondu.
Puis ils sont allés le voir, ce dernier leur a expliqué que ce n’était pas à lui de gérer ça et donc de voir avec le CPE.
En une semaine et malgré une liste de noms d’élèves aperçus au moment des faits aucun n’a craqué et les élèves témoins n’ont bien sûr rien vu et se sont tous ravisés, inventant même des profils !
Le CPE n’en a bien entendu fait craquer aucun… d’ailleurs les collègues se sont un peu énervés car certains étaient faciles à faire plier, mais le CPE a dit qu’il n’était pas flic !
polinat--cusson.gif
Du coup, un des collègues est allé porter plainte au commissariat.
Il n’a pas été déçu du voyage.
Dès le début, quand il a vu s’ouvrir le cahier de plaintes avec la liste des mains courantes (environ 350 pages) il a compris qu’il s’était déplacé pour rien.
La plainte a été enregistrée, les policiers lui ont fait comprendre qu’il n’y aurait pas de suite, pas de blessé et pas de témoin… c’était peine perdue, même s’ils venaient à retrouver les auteurs, ça ne tiendrait pas devant un tribunal.
Le policier : « vous comprenez le proverbe : Pas vu… pas pris »
« Vous ne pourriez pas régler ça à l’interne ? »

Collègue : « Vous pensez bien que je n’aurai pas attendu la semaine si cela avait pu être géré "à l’interne" ! »

Enfin, certains collègues ont été inspectés…
...super semaine pour une inspection !
Avec un IPR aussi charmant que le mien semble-t-il. Qui arrive avec un autre niveau que celui qui est prévu, à un autre horaire. Un collègue néo-titulaire s’est ainsi retrouvé avec la pire classe du collège en plus de la section (ceux qui ont entre autre fait partir leur vacataire d’arts pla en lui lançant des chaises, etc.) L’IPR arrive à ce cours avec 15mn de retard.
Relève que c’est le bordel !
Faut être réaliste, un nouveau prof néo-tit, avec la pire classe d’un bahut déjà difficile, classe en plus de la section, mi-juin… il s’attendait à quoi franchement ?
Et bien il l’a démonté et lui a même dit de changer de métier !
Mon pauvre collègue est totalement déprimé, il pense du coup à changer de métier, écoeuré.
Bien sûr durant l’entretien avec la direction, il n’a pas été soutenu… parce que ça les aurait tués de dire que c’est un collège dur et mal géré de surcroît !
J’ai de la peine pour lui.

C’était le résumé des épisodes manquants.

Publié dans Prof en ZEP+sensible

Commenter cet article

La Prof 19/06/2007 00:00

Vos commentaires me font plaisir, car j'avoue qu'à force d'avoir le nez dedans j'en perds le sens de la normalité !La proposition d'une grève est alléchante... Croyez bien que nous y avons pensé...Mais comme toujours nous ne sommes que 5-6 motivés, les autres baissent la tête pendant notre laÏus et lorsque la sonnerie retentit tous repartent en cours :-/solidaritéCôté "sanction" N'ai-je pas déjà entendu lorsque je demandais une sanction pour imposer une limite à un élève : "mais tu lui as déjà imposer une limite ! Tu lui as dis NON !"Ben voyons!

tidoigts 18/06/2007 21:11

'tin ça me fait trop flipper (moi qui croyais avoir tout vécu!!!)ah non mais là ça devient trop grave, il faut rester chez soi, déclarer une grève générale et une enquête, pendant ce temps-là vous êtes à l'abri, ça va pas non? à la fin, ça sera petite boîte avec ton nom dessus et au revoir! en plus c'est vraiment des lâches, de faire ça comme çà, pour rien! on peut plus se sentir en sécurité nulle part.prends soin de toi surtout. bises.

ProfAnonyme 18/06/2007 12:00

Moi aussi je suis scandalisée de lire de pareilles choses.Si une bombe avait été balancée chez nous, je peux te dire que dans les 5 minutes qui suivaient, les flics auraient été là, on aurait convoqué tous les "témoins", on se serait réunis en AG, on aurait fait grève... bref: administration comme collègues auraient réagi comme si on nous avait déclaré la guerre.Et puis l'inspection. Franchement, ça ne m'étonne pas; ils sont tous pareils (en tout cas ceux que je connais). Incapables de se remettre en cause, incapables de réfléchir "avec" nous. Je ne comprends pas leur manière de fonctionner; ça manque cruellement de courage tout ça... Quel gâchis!

Anne 17/06/2007 21:56

une fois ds ma vie, j'ai rencontré un VRAI inspecteur : il s'est présenté à nous en disant qu'il était là en tant que conseillé peda, et "si vous avez un souci avec un chapitre qui passe mal, prevenez moi 3sem à l'avance, et je veux bien essayer de prendre votre classe" . Il ne s'est pas dégonflé, a fait son cours (qu'on a filmé) et ensuite l'a commenté en disant qu'il s'était bien planté là et là, s'était laissé embarquer là et là, bref que si c'était un jour d'inspection, il ne se serait pas mis une super note.  Hélas, il est parti en retraite...... La difficulté était dans le contenu du cours, car on est en lycée relativement calme.. mais pour vous, pourquoi ne pas demander en début d'année, à tous vos IPR de venir vous montrer comment faire pour tenir des monstres ???? si eux savent faire, je suis sure que vous etes preneurs des recettes !! et s'ils ne savent aps, qu'ils s'écrasent et vous soutiennent !!!!

missteacher 17/06/2007 18:08

les mots manquent pour décrire ma colère fasse à ton post!!!! Je comprends le sentiment de démission qui peut prévaloir lorsqu'on est à ce point méprisé par l'administration et la hiérarchie.Ca me dépasse.Il n'y a qu'une solution: droit de retrait. Vous êtes clairement en danger.