Bonjour Monsieur Darcos

Publié le par La Prof

Notre nouveau patron au ministère de l'Education nationale :
lepatron.jpg
enfin... pas si nouveau que ça... Xavier DARCOS

quelques liens :


- sa bio dans les échos
- dans le Figaro : son avis sur le "malaise enseignant"
                          sur les décharges horaires
- Le Blog de Xavier Darcos
(un ami blogger :))) c'est vrai que c'est hype aujourd'hui d'avoir un blog ;-)

Publié dans Actualité - Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Le Professeur Carbure 19/05/2007 11:39

Lu sur le blog de notre cher Ministre

"La politique quantitative a atteint ses limites : ni l’économie ni la démographie de notre pays ne demandent d’augmenter le nombre de professeurs. Le recrutement nécessaire au remplacement des départs massifs en retraite sera d’ailleurs difficile. Mais il ne faut plus éluder la question des salaires : est-il normal qu’un professeur certifié, qui a passé un concours de bon niveau scientifique avec une chance sur 10 ou 20 d’y être admis, commence avec un salaire qui équivaut à 1,3 Smic ? Je ne le crois pas"

A quand les 4000€ de Copé ?

C'est tellement bon d'être caressé dans le sens du poil. Et puis les promesses n'engagent que...

Allez, on en a repris pour 5 ans. Il faudra faire sans, voire contre eux. Les jeunes c'est nous qui les avons en face. Les Ministres passent, les réformes sont purement économiques. Nous, nous restons pour nous battre avec les moyen qu'on nous donne. Moyens qui sont bien loins de ceux utilisés par les centres qui développent les nouveaux programmes.

zeze 19/05/2007 00:26

Pas si nouveau que ça notre patron. Il a déjà sévi avec Luc Ferry. Il ne m'a pas laissé un souvenir impérissable... mais je mégare, il sera à la hauteur de ce qu'attend notre Président de la République: un ardent défenseur du travailler plus (à la place de ceux qui sont partis, avec le même salaire pour ne pas grever les finances publiques... un effort professeur citoyen!) et peut-être avec les mêmes recettes à l'ancienne où l'on vivait mieux il y a cinquante ans (moins d'espérance de vie, moins de loisirs, moins de confort mais plus de convivialité, plus de luttes, plus d'espoirs... Mai 68 en somme) avec presque pas d'élèves dans le 2nd degré, et pas mal d'élèves foutus dehors sans rien (y'avait du travail peu qualifié c'est vrai)